1 avril 2020

aidante confinée a vie

Le mari en EHPAD, de mon amie aidante dont j'ai raconté son combat par 2 fois ici (liens ci-dessous), est décédé dimanche.

Quelle raison ? pas de symptôme probant du COVID, pas de symptôme cardiaque, pas d'hospitalisation, a peine une journée de soins palliatifs - bref, on ne saura jamais, je crois.

Ils l'ont appelée la veille pour lui dire de venir. Sur place, son mari était sous oxygène. Parait-il qu'il ne mangeait plus depuis quelques jours et que c'était bientôt la fin....
La nuit qui suivait, c'était bien la fin.

J'imagine ce qui se passe aujourd'hui dans sa tête après trois semaines d'interdiction de visite, tous ces combats contre l'établissement, et le harcèlement subi. Persuadée, j'en suis certain aussi, que son homme tenait le coup uniquement par sa présence de 14 à 20h 7/7. Aux diners qu'elle prenait soigneusement le temps de lui donner, aux salades de fruits qu'elle préparait pour le gouter, aux nombreux verres d'eau qu'il buvait avec elle, a défaut peut-être d'avoir bu le matin (il était 100% dépendant…). Aux stimulations, aux regards, la voix, les caresses, le coiffage, rasage, etc, etc…
Je suis fier d'elle pour avoir maintenu son homme durant ces 3 années en établissement. J'en ai été le témoin. Là, elle n'a pu que subir comme tant d'autres ce fléau viral. Mes parents ont passé une courte période en EHPAD, le même, dont une partie ensemble, et j'imagine s'ils y étaient encore aujourd'hui…

Et pour "finir" : des adieux …sans contact. Pas de fleurs, pas de messe, pas de foule, pas d'enlacement…
Demain, c'est l'enterrement et j'y serai !

https://marreaboutdficelle.blogspot.com/2018/11/accusee-detre-aidante.html
https://marreaboutdficelle.blogspot.com/2019/09/accusee-coupable.html

(Vos commentaires apparaitront après ma validation. Merci pour votre compréhension)

 

29 janvier 2020

un sacré monsieur, et pchitt

Dans un Ehpad, j'ai connu un vieux monsieur qui passait son temps dans les couloirs, recroquevillé dans son fauteuil roulant, vêtu en jogging et polaire verte, et regardant sans cesse le sol la bave aux lèvres. On ne comprenait pas ce qu'il disait. Il était doux, avec des yeux qui en disaient beaucoup et j'avais une grande tendresse pour lui.
Avec quelques éléments récoltés en discutant avec le personnel : j'ai découvert ensuite qu'il était, qu'il est, dans le "musée de la kinésithérapie", rubrique "les hommes qui ont fait la kiné"
Il a contribué à créer la kiné respiratoire. Il a travaillé sur la mucoviscidose, sur les greffes rénales, etc. Il fut responsable du service kiné respiratoire à Necker enfants malades.. rédacteur en chef d'une revue, lauréat de prix, membre d'un jury, etc..
Et il se retrouvait dans cet établissement très moyen, a errer, sans trop de visite....
Les mamans du personnel qui s'occupaient de lui, pouvaient le remercier et mieux le considérer.
Ça me déchire de voir ce que l'on peut devenir parfois.
Il faut vraiment profiter des moments présents.
Ce monsieur nous a quittés depuis…

(Vos commentaires apparaitront après ma validation. Merci pour votre compréhension)