Articles

Aidante familiale, je sors du silence

Image
  Voici le témoignage de Lylou, aidante de son amoureux.   A retrouver également sur sa page www.facebook.com/avecmestetras Un témoignage difficile mais plein d'amour, parmi tant d'autres Ce sont ses mots   Je suis devenu aidante familiale, cela fait maintenant deux ans... Jamais je n’aurais pu imaginer la charge physique et émotionnelle que cela pouvait représenter... et de devenir invisible aux yeux de tous. Nous sommes rangés au même titre que les mères aux foyers. J’ai entendu à plusieurs reprises, que ce soit de mon entourage proche comme bien plus éloigné, des remarques assez incroyables ! Je ne veux pas de médaille, mais juste un minimum de reconnaissance. Je dirais mieux, le respect. Mais pour cela, il faut qu’ils sachent... Qu’ils sachent que nous nous retrouvons dans beaucoup de cas seuls. Moi, on m’a tout délégué. C’est-à-dire, qu'aujourd’hui moi simple aidante, je me retrouve à être femme, mère, auxiliaire de vie, infirmière et j’en passe. Mais personne ne comp

VIOLence

Image
  (en bas de page, je lance un appel, SVP) Je vais vous parler d'une amie, en dépression pour harcèlement, violence et viol. Un témoignage en soutien à d'autres dans le même cas. Cette amie a un père violent, pervers narcissique, tout comme ses propres parents l’étaient. La mère est son "objet", mais il ne peut pas la frapper sinon elle partirait (c'est déjà ça...). Donc, sa fille est devenue son punchingball. Une première gifle a 3 ans et la gamine a volé… Le père est un sportif de combat de haut niveau. En plus des coups, il y a les mots. Les maux et les mots. Une deuxième fille naitra et subira également ce comportement, mais moindre, car elle a des troubles de l'attention. Les coups sur mon amie dureront jusqu'à ses 10 ans, période correspondant à la naissance de sa deuxième sœur. Cette dernière, il ne l'a touchera pas (?). Sa grande sœur veille, et je suis fier d'elle. Plus de coups, mais les mots n'ont jamais cessé.  Ensuite, dans le cerc

Aidante confinée a vie

Le mari en EHPAD, de mon amie aidante dont j'ai raconté son combat par 2 fois ici (liens ci-dessous), est décédé dimanche. Quelle raison ? pas de symptôme probant du COVID, pas de symptôme cardiaque, pas d'hospitalisation, a peine une journée de soins palliatifs - bref, on ne saura jamais, je crois. Ils l'ont appelée la veille pour lui dire de venir. Sur place, son mari était sous oxygène. Parait-il qu'il ne mangeait plus depuis quelques jours et que c'était bientôt la fin.... La nuit qui suivait, c'était bien la fin. J'imagine ce qui se passe aujourd'hui dans sa tête après trois semaines d'interdiction de visite, tous ces combats contre l'établissement, et le harcèlement subi. Persuadée, j'en suis certain aussi, que son homme tenait le coup uniquement par sa présence de 14 à 20h 7/7. Aux diners qu'elle prenait soigneusement le temps de lui donner, aux salades de fruits qu'elle préparait pour le gouter, aux nombreux verres d

Un sacré monsieur, et pchitt

Dans un Ehpad, j'ai connu un vieux monsieur qui passait son temps dans les couloirs, recroquevillé dans son fauteuil roulant, vêtu en jogging et polaire verte, et regardant sans cesse le sol la bave aux lèvres. On ne comprenait pas ce qu'il disait. Il était doux, avec des yeux qui en disaient beaucoup et j'avais une grande tendresse pour lui. Avec quelques éléments récoltés en discutant avec le personnel : j'ai découvert ensuite qu'il était, qu'il est, dans le "musée de la kinésithérapie", rubrique "les hommes qui ont fait la kiné" Il a contribué à créer la kiné respiratoire. Il a travaillé sur la mucoviscidose, sur les greffes rénales, etc. Il fut responsable du service kiné respiratoire à Necker enfants malades.. rédacteur en chef d'une revue, lauréat de prix, membre d'un jury, etc.. Et il se retrouvait dans cet établissement très moyen, a errer, sans trop de visite.... Les mamans du personnel qui s'occupaient de lui, pouvai

Accusée coupable

Bon, voila, voila. Procès au tribunal bouclé, j'étais présent. Une aidante est accusée COUPABLE d'avoir giflé son mari en EHPAD, mais DISPENSEE DE PEINE (encore heureux). Pas de peine d'accord, sauf celle du cœur, mais ELLE A UN CASIER JUDICIAIRE (!!??) Un groupe d'EHPAD bien connu car souvent critiqué, a porté plainte au commissariat contre elle pour maltraitance envers son époux, résident de l'établissement ( voir précédemment, ici ) ELLE DERANGE donc on la pousse dehors par tous les moyens. Je la connais, elle passe son temps a aider les résidents délaissés et elle donne sa vie à son époux totalement dépendant. Elle est la voix de son homme. Alors oui, elle a du caractère ! Son besoin profond, c'est d'être avec son époux. Comment oser demander de venir moins souvent voir son proche ? Il n'y a qu'elle qui maintient l'homme de sa vie en bon état ! Nous avons des retours positifs sur elle, de familles et d'anciens membres du pers

Merci Monique

Je partage avec vous l'extrait d'un message que j'ai reçu de Monique. Monique est une aidante que j'ai connue lors d'un ETP pour aidants, un programme thérapeutique à l'APHP. Depuis, nous nous écrivons souvent pour donner des nouvelles. Je participe à ces programmes comme "aidant ressource" auprès de l'équipe professionnelle. Je ne cherche pas à briller dans ce partage, mais à faire ressortir le besoin des aidants à recevoir du soutien, à apprendre et surtout à échanger avec des personnes qui les comprennent, contrairement souvent à la famille, les amis et les professionnels de santé. Bonsoir Philippe, Vous reprenez de nouveau le chemin des ETP demain. Laissez-moi vous dire combien votre rôle a été important pour nous. La question fut du reste posée par Myriam qui s'interrogea quand l'on vous présenta à nous : "Oui tiens pourquoi un aidant ?". Et puis nous ne l'avons plus évoqué. Avec le recul, je veux vous dire que vous

Accusée d'être aidante

J’ai écrit à la direction d’un groupe d’EHPAD pour leur demander une issue favorable pour une aidante qui subit une pression énorme dans l’un de leurs établissements. Car elle dérange !  J’ai ajouté vouloir une réponse à mon courrier en précisant que sinon je ne pourrai bientôt plus la retenir pour en parler aux médias ou porter plainte.  Pas de réponse ! Et comme par hasard quelques jours après, elle est convoquée au COMMISSARIAT pour accusations de maltraitances envers son mari, résident de l’établissement. ON LUI A PRIS SES EMPREINTES... ( ??!!) Et au moment des faits de soi-disant maltraitances, on ne lui dit rien ? On prend note de loin et c’est tout ?  Non-assistance à personne en danger alors ?! Et on porte plainte un beau jour quand ça sent mauvais ? Et quand bien même l’aidante aurait exceptionnellement porté la main sur son mari (chose qu’elle nie catégoriquement), quand on connait la pression des aidants, on ne sait pas le comprendre et l’admettre ? Que

Là mais pas là

Après cinq années sans prendre une seule semaine de vacances, je viens enfin de partir un peu au Pays basque espagnol, où ma mère est née et a vécu jusqu'à son mariage avec mon père. Il fallait aussi y aller pour régler des trucs de famille, voir un notaire, etc.. Je connais cet endroit depuis que je suis gamin et j'y ai emmené mes parents au moins une fois par an, durant les dix dernières années encore possibles pour eux. Mais, là, y retourner sans eux, c'était….un peu étrange. Enfin. En 4 années, il ne reste là-bas plus qu'un seul des frères de ma mère sur trois. Il est en EHPAD. Pas de gros problèmes de santé, il marche un peu, mais n'a plus toute sa tète. Il est bien triste où il est. Il n'aime pas la nourriture. Il passe principalement son temps assis dans le hall d'entrée et souvent seul. Son fils ainé possède un grand domaine avec une grande maison familiale, une cidrerie, des champs de pommes et un restaurant. Parents, enfant et petits enfants v

Hypersensibilité

Merci à Ixona de me faire l'honneur d'écrire pour mon blog. Alors, Ixona est comme on dit : surdouée, HPI, précoce, zèbre (plus d'infos ici : a savoir sur nos petits surdoués ) mais aussi hein, humaine, avec des cheveux, un nez, 2 mains, du sang rouge, etc (haha) Elle nous parle de sa sensibilité. De la manière dont elle perçoit son environnement. J'espère qu'elle acceptera aussi de nous raconter un jour, sa vie si douloureuse. Je la connais cette vie et je lui tire mon chapeau d'être aussi lucide sur tout ça. Cela fait très longtemps que je sais que je suis sensible. Très jeune déjà, j’avais quelques soucis à cause de cela... J’ai toujours pris les choses trop à cœur, j’ai fini par apprendre à me fermer pour moins souffrir. Je ne supportais plus de pleurer sans cesse, parce que tous les enfants jouaient les uns avec les autres comme s’il n’y avait pas de lendemain, et moi, j’avais besoin de quelqu’un, une personne stable avec qui rire et jouer. Une pers

Aidant, mais plus familial

Après plus de 5 années d'aidance, mon père s'en est allé en décembre 2017 et ma mère en janvier 2018 Ce fameux bonzaï que je citais ici (clique) a commencé à perdre ses feuilles et à sécher quand mon père est parti. Pour ma mère, il ne restait qu'une feuille. Il est sec (un peu comme moi, tiens). Alors, des regrets ? Ouiiiii, il doit y en avoir, mmh…….. je ne sais pas, comme peut-être….. les avoir placés en Ehpad…… (j'en parlais dans un précédent billet) repenser à cet autre billet (clique ici) et les avoir perdu après 2 mois de pension chacun. ne pas avoir été là au moment du départ. Ma sœur oui, pour mon père (et ça m'apaise) car on savait que c'était une question d'heures. Mais ma mère…, on ne pensait pas, si vite. Elle est restée seule dans sa chambre, dans son lit, avec personne pour lui tenir la main... Combien de temps après, le personnel s'est rendu compte en pleine nuit, avant de me téléphoner ? (MOI, AIDANT BON SANG !!! ). Et