5 septembre 2019

Accusée coupable

Bon, voila, voila.

Procès au tribunal bouclé, j'étais présent.

Une aidante est accusée COUPABLE d'avoir giflé son mari en EHPAD, mais DISPENSEE DE PEINE (encore heureux).
Pas de peine d'accord, sauf celle du cœur, mais ELLE A UN CASIER JUDICIAIRE (!!??)

Un groupe d'EHPAD bien connu car souvent critiqué, a porté plainte au commissariat contre elle pour maltraitance envers son époux, résident de l'établissement (voir précédemment, ici)

ELLE DERANGE donc on la pousse dehors par tous les moyens.

Je la connais, elle passe son temps a aider les résidents délaissés et elle donne sa vie à son époux totalement dépendant. Elle est la voix de son homme. Alors oui, elle a du caractère ! Son besoin profond, c'est d'être avec son époux. Comment oser demander de venir moins souvent voir son proche ? Il n'y a qu'elle qui maintient l'homme de sa vie en bon état !

Nous avons des retours positifs sur elle, de familles et d'anciens membres du personnel partis de cet établissement avec soulagement. Je le connais hélas très bien.

L'avocat a parlé de la malhonnêteté de l'EHPAD, du contexte douteux du témoignage, du dossier que l'on monte contre elle depuis longtemps. Car elle dérange, car elle est TROP présente, car elle se bat pour son époux et pour les autres résidents.

Mais, un témoignage peu défendable, car difficile de prouver le contraire, parole contre parole, on accuse coupable !

La police a le témoignage que d'une seule équipe du personnel. Il paraît aussi qu'elle frapperait peut-être son mari dans la chambre… alors que la porte n'est jamais fermée, monsieur a un voisin de chambre qui ne sort jamais, qui a encore un peu sa tête et qui confirme n'avoir jamais rien vu de tel. Par contre qu'un résident dépendant hurle pendant la toilette porte fermée, ça, c'est normal. Une seule équipe à témoigné (?)

D'accord, le but de cette séance n'était pas le procès d'une grosse entreprise, mais celui d'une aidante pour une éventuelle claque…

Un EHPAD fait de faux témoignages (aux dires de certains membres du personnel), porte plainte au commissariat SANS tenter de régler le problème en interne…
On ne vient pas lui dire : "mais, madame, ce n'est pas bien ce que vous faites…"
On laisse donc son époux se faire encore maltraiter (ben voyons)
Et un beau jour lorsque ça sent mauvais, on va au commissariat…
Et elle, pour une soi-disant claque, elle a un casier ? NON, MAIS ALLO !!
Et même s’il y a eu claque… un aidant à bout, ça ne vous parle pas Mr le directeur d'EHPAD ?


(Vos commentaires apparaitront après ma validation. Merci pour votre compréhension)  

 

2 commentaires:

  1. Honte à ce juge. Maintenant si les liens sont si fort entre les familles de l'EHPAD pourquoi ne pas porter plainte contre eux ensemble, l'union fait la force, pour soutenir cette femme, même si le jugement est fait?
    Je lave ma mère, qui est alitée, chaque jour et elle hurle pourtant je ne la maltraite pas, je ne veux pas défendre l'EHPAD, je dis juste que hurlement ne veut pas forcément dire maltraitance. Chose que l'un de mes voisin n'a pas compris puisque j'ai eut la visite de la police pour une personne qui n'a que pour expression les cris, cris de joie et de mécontentement, bref. Je souhaite beaucoup de courage à cette femme qui a été juger à charge pour une claque qui n'a pas eut lieu, qu'elle honte à cet EHPAD quand on peut arranger les choses autrement, même si l'entente n'est pas là.Beaucoup de courage pour la suite
    Doune

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, je cherche à vous contacter s'il vous plaît pour le journal télévisé de TF1. Appelez moi s'il vous plaît. Merci beaucoup. Fabienne Moncelle 01 41 41 4514

    RépondreSupprimer