20 janvier 2016

Le pouvoir de dire NON. Que la force soit avec nous

Qui n'a jamais aidé un ami à déménager, accepté une invitation, traité un dossier supplémentaire au travail ; avec l'envie profonde de dire "NON !"  
Peur d’être jugé, peur du conflit ?   Quand notre éducation nous pousse à agir selon le désir de l'autre. Ne pas dire non à maman pour ne pas la décevoir.  
Dire "OUI" est apparenté à la gentillesse (??). Mais, celui qui nous dit "non" est-il systématiquement mal perçu ?! 
Comme mon préposé, c'est le fameux "facteur humain". Qui interprète les choses suivant son vécu en incluant évidemment l'erreur humaine.

Pourtant, c'est facile de dire "NON", non ? : 

"NON, madame, ce ne sont pas les bougies qui empêchent votre voiture de démarrer, mais bien les 4 pneus. Et croyez-moi, j'ai du métier" 

"NON, messieurs dames, le taux de votre crédit NTM n'est pas évolutif"

"NON, monsieur Aidant..." "Philippe"  "Monsieur... Philippe, NON disais-je, pas la peine, je pense qu'il a juste besoin de faire caca plus souvent"  
Plusieurs semaines après :  "Votre père a un lymphome agressif de 10 cm sur le grêle"… 

Ben oui, quel gâchis d'opérer pour une tumeur de 3 cm. 10 cm c'est tellement plus fun ! 
Notre médecin pratique parfois les arts martiaux : le cas raté.

Je n'ai pas eu les "gonades" de lui dire : "NON, écoutez-moi lorsque je vous demande de lui palper le ventre".    Palpez pour palper s'il vous plaît, et j'en aurais pour mon argent.

Est-il mieux disposé que moi pour dire "NON" parce qu'il est éminent dans son domaine ?

N'ai-je pas un semblant de crédibilité, d'expérience en vivant 24/24 avec mon aidé connecté à tous mes sens. En devant déchiffrer ses gênes par manque de paroles cohérentes, en l'aidant a se lever de son lit, de son fauteuil, en l'aidant a se laver, en lui préparant les repas, en lui lavant son appareil dentaire, en lui faisant travailler la mémoire, sa motricité, en guettant ses selles, en me levant plusieurs fois la nuit pour le guider aux toilettes et lui rappeler comment s'assoir correctement ?   

Je dois tout absorber.

Maintenant, je vais enfin me dévoiler :   Bob l'éponge..., c'est moi ! 

 

4 commentaires:

  1. ah bah je comprends mieux tes réticences alors...

    RépondreSupprimer
  2. Dure décision, merci monsieur le toubib a ne pas écouter les personnes les plus crédibles, celle qui s'occupe de leur proche et les connaisse mieux que quiconque.A t-on un langage de sourd face à ses professionnels médicaux? Que la force soit avec vous et que vous soyez entendu.

    RépondreSupprimer